PDM 2012 - Lauréat - Alain QUELLA-VILLÉGER - Évadées du harem - André Versaille éditeur - Prix catégorie Historique ou documentaire

Résumé de l'ouvrage


Entre avril 1904 et mars 1905, l’écrivain Pierre Loti, au faîte de sa gloire littéraire, en poste à Istanbul depuis l’automne précédent, a des rendez-vous secrets avec des femmes voilées , « trois fantômes noirs » qui veulent l’initier à la difficile condition des femmes d’Orient. De ces rencontres qui le bouleversent, il tire son « roman des harems turcs contemporains », Les Désenchantées (1906).

En janvier 1906, deux de ces femmes mystérieuses, Zennour et Nouryé Noury Bey, filles d’un ministre du sultan quittent secrètement Constantinople en prenant le train. Elles fuient le harem, pour gagner l’Europe-Belgrade, Nice, Paris, Venise, Londres, la Suisse, la Russie.

Le drame familial devient vite affaire d’Etat. Leur histoire haute en couleurs occupe la « une » de la presse internationale et fait écho à ce qui est alors une grande question de société et qui le demeure pour le féminisme : la condition de la femme en Islam.

Ce récit rigoureusement historique, puisé aux sources privées les plus inédites, se lit comme un roman. Il révèle aussi la face cachée du best-seller de Pierre Loti, Les Désenchantées.

Désenchantées ou révolutionnaires ? Ce sont en tout cas deux figures attachantes aux destins très différents qui croisent d’autres femmes marquantes : Maria Lera, femme de lettre française qui signe Marc Hélys ; Grace Ellison, journaliste britannique et féministe ; la poétesse Renée Vivien ; leur complice d’évasion, Mirième. Mais aussi des hommes célèbres : Rodin, Maurice Barrès, Claude Farrère.