Facture des marchandises qui composent la pacotille chargée sur le navire le Solide, capitaine Ecubard, destinée pour la Côte d’Or, la dite pacotille à la consigne du dit capitaine qui est intéressé d’un quart.

Facture des marchandises qui composent la pacotille chargée sur le navire le Solide

Le Solide est l’un des onze navires qui, en 1787, quittent le port de La Rochelle pour se livrer à la traite négrière. La valeur totale de la cargaison du Solide s’élève à 80 155 livres, ce qui lui permettra d’acheter environ 250 esclaves.

 

Arch. dép. Char. – Mar., B 5799


Cette facture du 25 août énumère une partie des marchandises embarquées. Le terme de pacotille ne doit pas tromper : ces produits ne sont pas nécessairement de mauvaise qualité et leur valeur atteint en l’occurrence 12 800 livres. On y trouve : de l’eau-de-vie, des armes à feu (mousquetons et pistolets), des sabres, des pierres à fusil et de la poudre, différentes sortes de tissus (soieries, velours, toile de Lille, mouchoirs communs et fins, etc.), des flacons de verre et des parasols.