Une pluie opportune

Une pluie opportune

Une pluie opportune qui a donné un peu de vent et un autre épisode concernant le novice devenu fou.
Notes du 25 au 26 octobre ; Livre de bord du Solide.

 

Arch. dép. Char. – Mar., 4 J 4182


Transcription :
La privation d’une chose en rend presque toujours la jouissance plus délicieuse; c’est ce que nous avons éprouvé de minuit à quatre heures, il s’est levé un grain dans le NE (Nord-Est) qui nous a donné un joli petit frais qui nous a d’autant fait plus de plaisir que depuis plusieurs jours nous avons été tourmentés d’un calme ennuyeux. Mais notre jouissance n’a pas été de longue durée, car à quatre heures le vent a fait place au calme qui finira quand il plaira à Dieu […]
Notre malheureux fou a recommencé cette nuit à déraisonner comme de plus belle. Nos chirurgiens lui ont fait une saignée au pied, qui, si elle n’affaiblit pas le germe de folie, affaiblit au moins le malade. C’est la troisième fois qu’on lui tire du sang sans aucun succès apparent, si ce n’est celui qu’on peut espérer en délivrant le malheureux de la peine de ce bas monde.

Vu deux baleineaux.